Recettes a partir de Plantes transformées

Démaquillant biphasé peaux sensibles

Matériel

- Papier absorbant

- Alcool à 96°

- 1 flacon pompe de 50 ml

- 1 entonnoir

- Balance au gramme près et/ou verre mesureur

- Étiquette

Ingrédients

 

Phase huileuse :

- Macérat huileux de calendula                                             30 ml

Phase aqueuse :

- Hydrolat de camomille romaine                                         20 ml

 

Phase active :

- Huile essentielle de géranium rosat                                  3 gouttes

- Vitamine E                                                                                4 gouttes

- EPP*                                                                                            4 gouttes

La phase huileuse :

Le calendula (Calendula officinalis) :

Les extraits de fleurs de souci sont souvent utilisés en cosmétique, notamment pour leurs propriétés adoucissante, anti inflammatoire, cicatrisante. On en trouve très souvent dans les produits destinés aux tout petits. L’extraction dans un corps gras permet d’obtenir une grande quantité d’huile essentielle contenu dans les capitules floraux.

 

La phase aqueuse:

L'hydrolat de camomille romaine (Anthemis nobilis) :

La camomille romaine à le double avantage d’être très intéressante pour la peau de par ses propriétés anti inflammatoire, adoucissante et pour l’esprit car elle a un effet apaisant, relaxant sur le système nerveux.

La phase active:

L’huile essentielle de géranium rosat ( Pelargonium x asperum) :

L’huile essentielle de géranium rosat est une des plus importantes pour les soins de la peau. Elle est cicatrisante, antalgique, anti inflammatoire. Les composés qui lui donne son odeur si particulière lui confèrent des effets calmant et équilibrant sur le système nerveux végétatif. Elle parfumera discrètement le baume à lèvre. Elle est pratique d’usage car sans toxicité, surtout à des doses infimes comme pour cette recette.

La vitamine E :

La vitamine E est utilisée pour ses propriétés anti oxydantes afin d’éviter aux corps gras qui composent cette préparation de rancir.

L’extrait de pépins de pamplemousse (EPP)* :

L’extrait de pépin de pamplemousse est utilisé en phytothérapie comme antibiotique naturel qui va soutenir le système immunitaire. En cosmétique, on l’utilise comme antibactérien puissant dans les phases aqueuses des préparations.

Préparation

 

1. Bien se laver les mains.

2. Désinfecter TOUS son matériel.

3. Mesurer / peser les quantités de macérat de calendula et d’hydrolat de camomille souhaitées et les verser dans le flacon à pompe avec l’entonnoir.

4. Ajouter les gouttes d’huile essentielle.

5. Étiqueter. Agiter le flacon. C’est prêt ! Comme son nom l’indique, le démaquillant est biphasé. Il faudra alors le secouer avant chaque utilisation.

                                                                                ******

Baume des pompiers

Matériel

 

- Du papier absorbant

- Alcool à 96°

- Deux bol en inox

- Une casserole

- Une balance au gramme près / un verre mesureur

- Un spatule maryse

- Une plaque électrique

- Un pot en verre de 30 ml

- Un entonnoir

- Une étiquette

Ingrédients

 

Phase huileuse:

- Beurre de karité                                                                         2 g

- Macérat huileux de millepertuis                                           10 g

- Macérat huileux de calendula                                               6 g

- Cire abeille                                                                                   1 g

- Émulsifiant VE                                                                            1,5 g

 

Phase aqueuse :

- Hydrolat de millepertuis                                                          2 g

- Hydrolat de camomille romaine                                           4 g

- Hydrolat de lavande                                                                  2 g

Phase active :

- Huile Essentielle de Lavande aspic                                       6 gouttes

- Vitamine E                                                                                    2 gouttes

- Extrait de pépins de pamplemousse                                    4 gouttes

La phase huileuse :

 

Le Karité (Butyrospermum paarkii) :

Le nom « karité » signifie « arbre à beurre ». C’est en Côte d’Ivoire, au Mali et au Soudan que l’on trouve le meilleur beurre de karité, extrait des amandes produites par l’arbre. Le beurre de karité est constitué en grande partie d’acides gras saturés (acide palmitique, acide stéarique) ou mono insaturés (acide oléique), ce qui le rend très stable et évite qu’il ne rancisse. Depuis des siècles, il est utilisé pour ses propriétés cicatrisante, adoucissante, anti inflammatoire, anti coups de soleil et stimulante du métabolisme cellulaire.

 

Le millepertuis (Hypericum perforatum):

Le millepertuis, l’herbe au mille trous, fait partie de ces herbes que l’on voit fleurir à la Saint Jean. Depuis des siècles, elle est utilisée pour ses propriétés anti inflammatoires, tant en interne ( brûlures d’estomac) qu’en externe pour des brûlures en tous genres (coups de soleil, brûlures superficielles,…) ou des petites blessures. Ses petites fleurs jaunes apportent aussi du soleil dans la tête puisque c’est également un bon anti dépresseur (pour les états dépressifs, les dépressions saisonnières au cœur de l’hiver,…)

Attention, le millepertuis est photosensibilisant. On l’utilisera le soir ou sur une zone qu’on évitera d’exposer au soleil dans les heures suivant l’application.

 

Le calendula (Calendula officinalis):

Les extraits de fleurs de souci sont souvent utilisés en cosmétique, notamment pour leurs propriétés adoucissante, anti inflammatoire, cicatrisante. On en trouve très souvent dans les produits destinés aux tout petits. L’extraction dans un corps gras permet d’obtenir une grande quantité d’huile essentielle contenu dans les capitules floraux.

 

La cire d’abeille :

C’est la cire d’abeille qui donne sa structure au baume. Elle est lipophile et filmogène. Elle a donc une grande affinité pour les corps gras des macérats huileux et du sébum de la peau. Elle agit comme un film protecteur du derme et limite la déshydratation. Elle est encore plus intéressante quand elle n’a pas été purifiée et qu’elle a encore cette couleur jaune qui lui est propre.

 

L’émulsifiant VE :

L’émulsifiant VE est obtenu par l’association de l’acide stéarique issu de l’huile de palme et du glycérol issu du colza. C’est un émulsifiant que l’on intègre à la phase huileuse des préparations cosmétiques et qui permet de maintenir l’émulsion dans le temps. Il apporte un toucher non gras et plus crémeux et on peut l’utiliser dans des laits pour le corps, des démaquillants,...

 

La phase aqueuse :

 

La camomille romaine (Anthemis nobilis) :

La camomille romaine à le double avantage d’être très intéressante pour la peau de par ses propriétés anti inflammatoire, adoucissante et pour l’esprit car elle a un effet apaisant, relaxant sur le système nerveux.

 

La lavande vraie (Lavandula angustifolia:

La lavande vraie, véritable panacée de l’aromathérapie, est intéressante en cas de brûlures pour son pouvoir analgésique mais également parce que c’est un puissant cicatrisant ainsi qu’un excellent antiseptique. De plus, elle régule le système nerveux ce qui est important en cas de lésion de la peau qui peut être impressionnante, douloureuse et donc stressante pour la personne concernée.

 

Le millepertuis (Hypericum perforatum):

L’association des extraits lipidiques et alcooliques permet de réunir la plupart des principes actifs contenus dans la plante.

La phase active :

 

La lavande aspic (Lavandula latifolia):

En plus de ses propriétés antitoxique et anti venin, la lavande aspic est un cicatrisant remarquable doublé d’un antalgique très intéressant en cas de brûlure. Et comme ses cousins les lavande vraie et lavandin, elle stimule et rééquilibre le système nerveux quand on a le moral dans les chaussette.

La lavande aspic contient du camphre, de la famille chimique des cétones. Ces principes actifs peuvent être neurotoxiques mais dans les proportions utilisées pour cette préparation, cela ne pose pas de problème.

 

La vitamine E :

La vitamine E est utilisée pour ses propriétés anti oxydantes afin d’éviter aux corps gras qui composent cette préparation de rancir.

 

L’extrait de pépins de pamplemousse :

L’extrait de pépin de pamplemousse est utilisé en phytothérapie comme antibiotique naturel qui va soutenir le système immunitaire. En cosmétique, on l’utilise comme antibactérien puissant dans les phases aqueuses des préparations.

 

Préparation

 

1. Bien se laver les mains.

2. Désinfecter TOUS son matériel à l’alcool.

3. Dans un bol, peser la cire d’abeille, l’émulsifiant VE, le beurre de karité et les macérats huileux.

4. Faire chauffer au bain marie pour faire fondre les ingrédients solides.

5. Dans un autre bol, peser les hydrolats et tenir le bol au dessus de celui sur le feu pour amener la phase aqueuse à une température proche de celle de la phase huileuse.

6. Une fois la cire, le beurre de karité et l’émulsifiant VE fondus, verser petit à petit les hydrolats dans la phase huileuse. Bien mélanger, sans battre.

7. Une fois l’émulsion bien prise, ajouter l’EPP, la vitamine E et l’huile essentielle de lavande aspic.

8. Verser dans le pot en verre. Étiqueter.

                                                                                *****

Roll-on mal des transports

Matériel

 

- Du papier absorbant

- Alcool à 96°

- Un flacon roll-on de 5 ml

- Un entonnoir

- Une étiquette

Ingrédients

 

Phase huileuse:

- Huile d’olive                                                                      3 ml

Phase active :

- Huile essentielle de menthe poivrée                        20 gouttes

- Essence de citron 20 gouttes

- Huile essentielle de gingembre                                 20 gouttes

La phase huileuse :

 

L’huile d’olive (Olea europea) :

Elle va servir ici de support et de moyen de dilution des huiles essentielles. On pourra utiliser tout autre type d’huile végétale résistante à l’oxydation (sésame, avocat, noyau d’abricot, amande douce,…) et peu odorante (éviter l’huile de coco qui en plus de pouvoir écœurer encore plus avec son odeur, pourrait se solidifier dans le roll-on selon la température extérieure).

La phase active :

 

L’huile essentielle de gingembre (Zingiber officinalis) :

Si on ne devait en citer qu’une pour lutter contre les nausées en tous genres (grossesse, mal des transports, post-opératoire,…) ce serait elle ! Ses propriétés tonique et anti-fatigue nerveuse et mentale peuvent également servir en cas de nausée.

 

L’huile essentielle de menthe poivrée (Mentha x piperita) :

La menthe poivrée est également l’une des plus complètes en cas de nausée. Elle est anti-nausée car anti-spasmodique, digestive, tonique, rafraîchissante (ou réchauffante selon les besoins!) et tonique nerveuse.

L’essence de citron (Citrus limonum) :

Autre huile essentielle à avoir sous la main en cas de mal des transport ou en début de grossesse (en inhalation seulement pendant les 3 premiers mois!) De plus, les essences d’agrumes ont un effet régulateur du système nerveux.

Préparation

 

1. Bien se laver les mains.

2. Désinfecter TOUS son matériel à l’alcool.

3. Verser les huiles essentielles une à une dans le flacon.

4. Compléter avec l’huile d’olive (ou autre huile végétale de votre choix)

5. Bien mélanger.

6. Étiqueter.

7. Appliquer sur le haut du buste, les tempes ou l’intérieur des poignets dès que la nausée commence à monter.

                                                                            *****